Tract dénonçant les agissements de Jean Hérold-Paquis
(trouvé dans les papiers d'un avallonnais)

Jean HEROLD-PAQUIT

Jean HEROLD a joint à son nom celui de PAQUIT, quartier de la commune d'Arches (Vosges) où il est né le 4 Février 19I2. Fils d'excellente famille, il a fait de bonnes études.

Il débute dans le journalisme à Nancy et son style le conduit à un article jugé diffamant contre un politicien régional, ce qui lui vaut une première condamnation.

Venu à Paris, il se marie en mai 1936, puis, sur la recommandation de ... qui fut son aumônier à la prison de Fresnes, il entre au journal catholique "COEUR". Il s'y fait remarquer par son talent et également par quelques escroqueries qui font que, pour éviter un scandale dans un milieu bien pensant, on le prie de s'en aller se faire pendre ailleurs.

Le cinéma alors le tente. Il entre à la Sté PARIS FILMS en qualité de chef de publicité. Il s'y fait rapidement remarquer par ses idées neuves. Il entre bientôt aux productions CALAMY mais là encore, à la suite d'escroqueries, il est obligé de filer rapidement.

Ligueur d'Action Française et membre du comité Charles TROCHU, il n'hésite pas à offrir sa plume à un grand quotidien "CE SOIR". Toutefois avant d'y entrer, ses actions avec l'Action Française lui feront trouver un emploi de rédacteur à la Compagnie d'Assurances "L'URBAINE". Il ne reste que 2 mois. En Août 1937 il quitte sa jeune femme, la laissant sans ressources et l'on n'entend parler de lui que quelques mois plus tard.

Il s'engage comme volontaire à la Légion étrangère espagnole avec le général Franco. Peu après, il devient speaker à RADIO SARAGOSSE où il demeure jusqu'à la fin de la guerre d'Espagne. On ne sait comment il se trouve dans l'entourage de PETAIN quand celui-ci fut ambassadeur de France en Espagne. Il est arrêté par la police à Bayonne : 15 jours de prison pour escroqueries.

Après l'exode de 1940, on le retrouve au ministère de la propagande à Vichy et, depuis, on sait que ce Valeureux soldat qui a fait, en tout et pour tout, 4 mois de service militaire {étant trop chétif et trop maigre) est le fameux critique militaire de RADIO-PARIS.

Jean HEROLD qui avait abandonné le domicile conjugal, introduit une action en divorce, traînant sa femme dans la boue. Celle-ci se renseigne, le fait prendre en flagrant délit d'adultère (après jugement les 2 délinquants sont condamnés à 1.200 francs d'amende).

Actuellement il habite avec une certaine Elisabeth L..., âgée de 17 ans et qui se fait appeler Madame HEROLD, au 3 Rue Colette à Paris.

------------------------------------------------

Participez à la chaîne de résistance en copiant ces renseignements en 3 exemplaires ou plus et dans 15 Jours toute la France connaîtra le traître HEROLD-PAQUIT.

C'EST UN DEVOIR

Note : Jean Hérold-Paquis (et non Paquit) a été arrêté le 8 juillet 1945, exécuté le 11 octobre 1945

Téléchargez

Retour